• Se Préparer au Concours de Rédacteur Territorial

    Se Préparer au Concours de Rédacteur Territorial : voilà un vaste programme ! 🙂

    L’article d’aujourd’hui a pour but de vous présenter des témoignages de candidat(e)s au Concours de Rédacteur Territorial afin de vous donner un retour d’expérience qui, je pense, sera très instructif pour les futurs candidat(e)s au concours.

    Vous passez le Concours de Rédacteur Territorial et vous êtes quelque peu perdu ? Vous ne savez pas trop par où commencer ? Vous ne savez pas trop comment vous organiser ?

    Ces témoignages vous permettront certainement d’y voir plus clair.

    Je remercie encore chaleureusement toutes les personnes qui ont pris de leur temps pour répondre à mes questions. Je pense qu’ils vont aider beaucoup de monde, encore un très grand merci à eux !

    Cet article sera très long mais vous y trouverez beaucoup d’informations très intéressantes sur la façon de vous organiser, de travailler etc. Lisez-le en plusieurs fois mais lisez-le ! 😉

    Je vous invite également à consulter un article que j’avais publié sur le blog et qui vous présentait d’autre sites pour vous aider à se préparer au Concours de Rédacteur Territorial. Vous pouvez consulter l’article en cliquant ICI.

    J’avais également publié un autre article pour vous donner quelques conseils pour préparer le Concours de Rédacteur Territorial. Vous pouvez le retrouver ICI.

    Place maintenant à leurs témoignages !

    CAROLE

    J’ai 32 ans.

    Côté formation, j’ai un niveau Master Pro (Nutrition en santé publique).

    Côté professionnel, j’ai travaillé 1 an dans le domaine de la Santé Publique mais le manque de postes m’a fait me réorienter. Dans le commerce dans un premier temps (3 ans), puis dans la Fonction Publique Territoriale depuis septembre 2015. J’ai, depuis, enchaîné les CDD en tant qu’assistante de formation au CNFPT de Lyon puis assistante de service social. Je suis actuellement assistante médico-sociale en Maison de la Métropole sur Lyon 3ème depuis avril 2016.

    Afin d’être titularisée sur mon poste, mon contrat précisait l’obligation de réussir le Concours de Rédacteur Territorial. C’est donc la première fois que je le passais, en externe, à Villeurbanne.

    Pour se préparer au Concours de Rédacteur Territorial, je me suis inscrite à la préparation organisée par le CNFPT de Lyon à partir de février 2017. Or, en congé maternité de fin décembre à mars (date de mon accouchement), je n’ai pu y assister.

    J’ai donc travaillé principalement par moi-même. Avec 5 années de faculté, je sais bien travailler et m’organiser par moi-même. Cependant, après 8 ans dans la vie active, cela n’a pas été simple de me remettre dans les livres et les copies. De plus, depuis la naissance de ma fille en mars 2017, il a fallu apprendre à organiser au mieux mon temps.

    Je crois que cela a été le plus dur : trouver du temps entre mon travail à temps plein et ma vie de famille pour réviser et effectuer une veille documentaire permanente. Heureusement, mon conjoint a été très compréhensif.

    J’ai commencé par comprendre précisément les consignes du Concours de Rédacteur Territorial. Ensuite j’ai lu très attentivement les notes de cadrage afin d’intégrer ce qui allait m’être demandé, en combien de temps, avec quels supports etc.

    J’ai fait des fiches détaillées sur le thème choisi et des fiches moins détaillées (par manque de temps) sur les trois autres thèmes.

    Je me suis abonnée à la newsletter de « La Gazette des Communes » que j’ai essayé de lire le plus souvent possible.

    J’ai été au service documentation de ma collectivités afin qu’ils me conseillent au mieux.

    Je me suis entraînée sur des annales des deux épreuves. Pour cela, j’ai acheté deux livres : un sur le concours en général (fiches de cours, QCM, quelques annales + corrigés) et un spécifique avec des annales (édition 2017).

    J’ai commencé à réviser un an avant le début du concours. Je ne travaille pas dans l’urgence, j’ai donc travaillé un peu régulièrement tout en gardant un œil sur les actualités territoriales, sachant qu’à la naissance de ma fille, j’ai fait une pause, par manque de temps.

    Je n’ai pas pu assister à la préparation du Concours de Rédacteur Territorial malgré la validation par mon chef de service car j’étais en congé maternité. J’ai donc travaillé toute seule, par moi-même.

    C’est très impressionnant comme situation : l’immense salle (1670 participants en externe), les nombreux surveillants, les obligations à respecter…

    Cependant, je connaissais bien les lieux et le campus car j’y ai passé trois ans lors de mes études à l’université. Cela a été rassurant pour moi car je savais où j’allais et j’ai pu prendre ma pause à midi dans un endroit calme, éloignée de la foule de candidats.

    De plus, j’ai su gérer mon stress malgré l’enjeu de réussir pour un CDI. J’ai essayé de rester « dans ma bulle » et de faire abstraction des autres candidats afin de pouvoir gérer au mieux mon temps.

    J’ai trouvé la première épreuve de série de questions assez difficile. J’ai essayé d’y répondre au mieux même si mes réponses n’étaient pas complètes.

    J’ai été pressée par le temps pour la deuxième épreuve de la note de synthèse. C’est une épreuve où il faut savoir synthétiser rapidement. Le sujet ne correspondait pas du tout à mon domaine de compétence privilégié. J’ai finalement (je pense) bien compris les documents.

    Ce qui m’a rassuré ce sont les participants qui n’écrivaient rien (une juste à côté de moi) ou qui sont parti 1H30 après le début de l’épreuve. De plus, le taux d’absentéisme a été indiqué à 44%.

    Je pense avoir fait de mon mieux sur les deux épreuves. Avec mon année chargée, mon peu de temps disponible et d’énergie avec la naissance de mon premier enfant, je suis fière d’être arrivée jusque-là et je ne pensais pas pouvoir en faire autant et m’en sortir si bien. Finalement, cela m’a fait du bien de me confronter à un tel challenge.

    On verra ce que disent les résultats…

    Je pense que l’on peut être un(e) excellent(e) professionnel(lle) de terrain et être mauvais aux concours et vice-et-versa.

    Si j’ai le concours, je ferai aussi bien mon travail d’assistance médico-sociale… Il me manque seulement le « pass »…

    Je trouve bien dommage ce système et pas toujours très juste car c’est un investissement immense dans sa vie professionnelle et personnelle.

    KARINE

    J’ai 47 ans.

    Sur le plan de ma formation scolaire, j’ai un BTS que j’ai passé avec le CNED en travaillant et en parallèle à ma vie de famille.

    J’ai été élue municipale et communautaire pendant 13 ans.

    Je suis ATSEM depuis l’âge de 25 ans et c’est mon expérience dans la vie publique qui m’a donné l’envie de rentrer dans l’administration. Mes expériences d’animatrice et de directrice de centres de loisirs m’ont amener à choisir un concours de catégorie B pour accéder à des postes de responsabilité comme rédacteur territorial.

    Il ne faut pas avoir peur de le passer plusieurs fois (pour ma part c’est la troisième fois, j’ai eu comme note 9.5 puis 11). La première doit être la découverte avec un minimum de connaissances de base, surtout sur la note administrative et évaluer ses difficultés pour les travailler : gestion du temps, lecture rapide, élaboration du plan, organiser des temps dans le déroulement des trois heures etc.

    Pour se préparer au Concours de Rédacteur Territorial, il faut savoir se fixer un temps de travail quotidien et ne pas y déroger ou bien reporter un temps de travail non accompli dans la semaine en cours.

    Un temps minimum de travail obligatoire quotidien afin de garder un rythme régulier est nécessaire. Cela permet de garder à l’esprit l’objectif du concours et ne pas se démotiver. Si l’on arrête pendant une période, il est difficile de reprendre le rythme. C’est comme le sport, l’entraînement quotidien, même minimal, est essentiel.

    Il faut définir des heures de travail et des heures pour la maison et les enfants sur la semaine. Se créer un emploi du temps afin de pouvoir tout mener de front de manière organisée. Vous verrez, même vos enfants en retirerons des bénéfices. Si vous dialoguez avec eux, ils feront du mimétisme.

    J’ai quatre enfants, je travaille 43 heures par semaine et j’aime étudier.

    Mon aîné est en licence 3 pour un master en informatique. Mon deuxième, après des difficultés de comportement au collège, s’est mis à bosser dès la seconde et est aujourd’hui en prépa sciences.

    Il faut savoir un peu laisser le ménage. Mes enfants font tous du sport et lorsque je devais attendre dans la voiture, je pouvais lire des livres ou des documents sur des sujets à travailler : comment élaborer un plan, visiter des pages internet sur des sujets d’histoire politique etc.

    Chaque mercredi, de 18h à 18h30, j’emmène mon troisième au sport et je vais courir pendant une heure. Chaque temps dans ma semaine est programmé mais je sais aussi dire stop une journée pour passer du temps avec quelqu’un pour me détendre l’esprit.

    Il faut aussi savoir écouter son corps et sa tête quand il est fatigué ou saturé.

    J’ai travaillé une année avec le CNED.

    C’est très bien fait car vous prenez le temps qu’il vous faut pour étudier un cours mais il faut cependant beaucoup de volonté et se maintenir à une organisation.

    Cette année, je fais mes cours au CNFPT et la relation avec les formateurs est très bénéfique. L’expérience des autres candidats m’interroge beaucoup, du fait, que ce sont essentiellement des secrétaires administratifs et que je viens d’un autre service. Les deux formations sont complémentaires.

    Le Concours de Rédacteur Territorial s’est très bien passé. J’étais très confiante car, tout au long de l’année, j’ai travaillé toutes les difficultés que j’ai pu rencontré et que les formateurs ont pu relever.

    Je sais maintenant qu’il faut s’entraîner le plus possible à la note administrative même si elle n’est pas corrigée car cela permet de voir les difficultés que l’on peut rencontrer pendant cette épreuve de trois heures et chercher des solutions aux problèmes que l’on rencontre. Il faut s’auto-évaluer.

    L’entraînement est primordial. Pour gérer son stress et s’entraîner au concours, passez d’autres concours. J’ai passé le concours de secrétaire administratif de classe supérieure qui est la même forme de concours que celui de rédacteur territorial. J’ai réussi à avoir 14. C’est dommage il me manquait 7 dixièmes pour passer l’oral.

    Il faut considérer les concours comme des épreuves sportives.

    FLORENCE

    J’ai 46 ans. Je suis rentrée dans la fonction publique à 40 ans sur un poste de catégorie C.

    On m’a expliqué qu’il fallait passer le Concours de Rédacteur Territorial.

    Seulement, à l’époque, je découvrais l’environnement territorial… J’ai passé le concours en externe, sans avoir bien compris ce qu’il fallait mettre sur ma copie… Cela m’a servi de leçon…

    Pour se préparer au Concours de Rédacteur Territorial, j’ai acheté toute une panoplie de livres concernant le concours et j’ai toujours suivi l’actualité, avec un quotidien régional, et en lisant régulièrement la Gazette des communes. Je me suis obligée à écrire chaque jour l’info que je jugeait la plus importante (mon carnet a été bien utile lors des révisions pour l’oral).

    Et j’ai recherché des infos sur Internet (site CNFPT notamment….) et votre site.

    D’abord, s’entraîner régulièrement, vraiment par rapport à la méthode.

    Après, je ne le faisais que par petits bouts car je n’avais pas le temps de trouver 3 heures complètes pour faire une note de synthèse.

    Mais, comme je suis habituée à écrire dans l’urgence, gérer le temps ne m’inquiétait pas. Après le boulot, après le repas, plutôt que de regarder la télé, je m’efforçais de travailler au moins 3 fois par semaine, 1h30. (Je ne pouvais pas faire plus car je sentais bien que je n’étais plus efficace).

    J’ai travaillé l’écrit en pensant déjà à l’oral.

    J’ai travaillé toute seule.

    La même année, j’ai passé l’examen d’adjoint administratif principal et ça m’a servi de tremplin pour le Concours de Rédacteur Territorial.

    J’ai eu une journée de formation CNFPT quand j’ai eu les résultats d’admissibilité, ce qui m’a permis d’avoir de précieux conseils.

    Quand j’ai passé l’écrit, avec tout le monde autour de moi, en sortant, j’étais plutôt découragée.

    J’ai continué à travailler l’oral, mais en travaillant aussi l’écrit, car je m’étais déjà mis en tête de repasser le concours de rédacteur dans 2 ans.

    Concernant l’épreuve orale du Concours de Rédacteur Territorial, j’ai bien soigné la présentation de 5 minutes, cela m’a permis de ne pas trop stresser.

    MARYLENE

    J’ai 22 ans.

    J’ai obtenu un BTS Services et Prestations Secteurs Sanitaires et Social en 2015. Cela fait actuellement 2 ans que je suis dans la fonction publique territoriale en tant que contractuelle.

    Le concours est pour moi la possibilité d’obtenir une stabilité d’emploi. C’est la deuxième fois que je le passe. La première fois c’était simplement pour voir le déroulé des épreuves je ne travaillais pas encore dans la FPT.

    Concernant les conseils méthodologiques, je dirai simplement de commencer à préparer le concours au moins 1 an avant minimum. Ça laisse ainsi largement le temps de s’organiser et d’éviter les imprévus stressants.

    Pour ma part j’ai eu la chance de pouvoir bénéficier d’une formation par correspondance ce qui aide énormément pour la correction des copies. Concernant les questions sur la culture générale de l’option choisie, les livres  pour préparer le concours trouvés dans les librairies sont très complets.

    Révisions terminées 2 mois 1/2 avant l’épreuve, j’ai pu me concentrer  sur la note de synthèse. Pas évident de se bloquer 3 heures mais c’est très important de la faire car on peut essayer plusieurs méthodes d’organisation des idées (annotation sur les documents puis transcription sur le brouillon, annotation directement sur le brouillon …). J’ai pour ma part réussi à faire 4 devoirs dans le temps règlementaire.

    Le stress pour le concours est apparu 1 semaine avant l’épreuve. Durant cette semaine il m’a été impossible de réviser ou d’apprendre quoi que ce soit, pas de concentration possible trop de stress. Heureusement que je m’y suis prise avant.

    Le jour de l’examen,  le stress était au maximum, j’avais la boule au ventre. Avant l’épreuve de la note, j’ai regardé une dernière fois le plan de présentation de celle-ci afin d’être sûre de ne rien oublier.

    Avant et après les épreuves discuter de tout et de rien avec les collègues de travail ou les ami(e)s, ça aide énormément.

    Conseils importants pour moi :

    –  Bien noter  le nombre d’inscrits sur l’ensemble du concours, dans la catégories  (externe, interne ou 3ème voie)  et surtout regarder  s’il y a beaucoup d’absents ou pas dans sa catégorie.

    –  Après l’épreuve ne pas chercher à savoir si les réponses écrites sont exactes ou non. Rien de plus stressant dans l’attente des résultats  que de voir que  sa réponse n’est pas celle d’internet.

    JOCELYNE

    J’ai 45 ans, je suis coordinatrice de projet et titulaire d’une licence d’histoire de l’art et d’un DEJEPS (coordination de projet en éducation populaire).

    J’ai préparé le concours parce que j’ai décroché un CDD d’un an dans un conseil départemental, sur un poste de rédacteur (le hasard de la vie).

    Pour se préparer au Concours de Rédacteur Territorial, il faut s’organiser des temps de travail exclusifs dans le calendrier et prévenu tout le monde ( famille et amis ) que je ne serai absolument pas disponible dans ces temps là. Tout le monde l’a respecté, même si ça leur a été parfois difficile.

    J’ai pu suivre la préparation avec le CNFPT, qui si des fois est remise en cause pour la qualité des intervenants, à pour ma part été indispensable à ma motivation et à ma stimulation à me mettre au travail. Les devoirs sur table ou à rendre ont été de véritables étapes dans mes révisions.

    J’étais candidate en externe et avais choisi l’option droit public pour l’épreuve de série de questions.

    La difficulté est l’absence de programme par rapport à l’étendu des connaissances que l’on doit acquérir.

    J’ai fini par m’en créer un afin de mettre en lien toutes mes fiches, qui avant cela n’étaient que des fragments de connaissances que je ne comprenais pas toujours ou que j’avais du mal à intégrer parce qu’elles n’étaient pas dans un contexte.

    Je me suis rendu compte par la suite, non sans fierté, que les chapitres de mon programme correspondaient au sommaire du bouquin publié par le CNFPT  » droit public ». Bouquin que j’avais immédiatement refermé au départ, car n’étant pas juriste de formation et n’ayant aucune notions administratives, si ce n’est en tant que citoyenne, ce qui était bien peu, ce bouquin était pour moi totalement hermétique !

    Quant à la note de synthèse, y a pas de secret il faut s’entraîner ! Mais aujourd’hui encore j’ai beaucoup de mal à identifier le document pivot et à avoir une lecture d’analyse rapide, à identifier tout de suite quels sont les éléments essentiels dans un texte, donc l’épreuve en 3 heures est un véritable challenge !

    J’ai passé le concours à Clermont-Ferrand, malgré certaines attentes rien à dire sur l’organisation et les explications qui nous sont données.

    Mon contrat n’étant pas été renouvelé, j’ai pu garder jusqu’au bout un certain détachement en me disant que même si je ne l’avait pas ce concours ça n’était pas grave. De toute façon, j’avais travaillé sérieusement et fait tout ce que je pouvais et que je n’aurai rien à me reprocher en cas d’échec.

    J’ai pris beaucoup de plaisir à étudier et suis contente de tout ce que j’ai appris, ma compréhension sur le monde dans lequel je vis n’en est que plus riche. J’ai ainsi gardé mon calme, je n’était pas stressée et même si il y avait une certaine tension, j’étais contente d’en être enfin au jour J.

    CLAIRE

    J’ai 31 ans. Mon parcours scolaire se résume à un baccalauréat littéraire. J’ai travaillé après le bac ne pouvant pas, sur le plan financier, faire de longues études. J’ai un parcours diversifié car j’ai ensuite fait de la vente directe. J’ai monté mon entreprise puis j’ai cédé cette dernière. Je suis ensuite devenue assistante commerciale. A cette période, j’ai vécu une liquidation judiciaire et j’ai fait une VAE qui m’a permis d’avoir mon bac+2.

    Puis j’ai trouvé un CDD en communauté d’agglomération par voie de candidature spontanée. Ma directrice m’a poussé à passer le concours de rédacteur territorial que j’ai obtenu en 2014 en externe et je suis maintenant gestionnaire administrative et financière dans la même communauté d’agglomération.

    Je viens de passer le concours de rédacteur principal en externe pour évoluer car j’effectue déjà les missions en adéquation avec ce grade.

    J’ai préparé le concours seule en me basant sur les cours du CNFPT disponibles sur le site wikiterritorial.

    J’ai acheté des annales de cours et je me suis abonnée à la chaîne Youtube Fonctionnaire Territorial.

    J’ai commencé à réviser en mai pour un concours en octobre. J’ai travaillé les cours du CNFPT les soirs et les week-ends mais jamais plus d’une heure ou deux par jour. J’ai posé deux demi-journées pour faire des rapports blancs. Et je consolidais les acquis avec les videos de la chaîne youtube pour varier les supports.

    Pour la méthode projet, j’ai mis à contribution un collègue qui maîtrise la méthode pour être en capacité de rédiger la deuxième partie du rapport.

    Je n’ai pas trouvé simple la session 2017 car certaines questions étaient vastes voire ambigües pour moi. Le rapport nécessitait de se positionner au niveau de la direction générale d’une commune souhaitant mettre en oeuvre un processus de fusion en communes nouvelles et dans ce cas le mode projet n’est pas des plus simple à appliquer à mon sens…

    Je m’accorde un peu de repos avant de préparer l’oral. Je croise les doigts mais je sais déjà que je retenterai ma chance dans deux ans en cas d’échec.

    AUDREY

    Je m’appelle Audrey. J’ai 29 ans. Je n’ai pas d’enfants.

    J’ai suivi un parcours scolaire professionnel. Je suis diplômé d’un BEP sanitaires et sociales et d’un BAC Pro service en milieu rural. Par la suite, j’ai fait un BTS service en espace rural puis un diplôme universitaire communication et projet culturel.

    Après mes études, j’ai travaillé en mairie sur différents postes : état civil, communication, famille et jeunesse.

    J’ai obtenu mon concours d’adjoint administratif en 2015 et j’ai été titularisé sur mon poste actuel en août 2017. Je suis assistante de projets dans un service politique de la ville et renouvellement dans une communauté d’agglomération dans les Yvelines.

    J’ai passé le Concours de Rédacteur Territorial pour la seconde fois cette année. Mon but est de progresser dans la fonction publique et d’obtenir un poste à la hauteur de mon niveau d’études.

    J’ai révisé seule chez moi sans formation. Je me suis fixé un planning de révisions.

    N’ayant pas assez d’ancienneté, j’ai passé le concours en externe. J’ai donc axé mes révisions sur l’option que j’avais choisi, à savoir le droit civil. C’est l’option que j’ai toujours choisi pour mes concours, que ce soit pour adjoint administratif ou rédacteur territorial. Au travail, je me suis aménagé des plages horaires pour réviser. Ma hiérarchie y était favorable tant que cela n’avait pas d’impact sur mon travail.

    J’ai commencé à réviser en mai avec un minimum de deux heures par semaine. J’ai confronté mes connaissances avec des quizz en ligne. J’ai beaucoup lu, notamment les derniers textes et les dernières réformes.

    Pour l’épreuve de la note, j’ai lu la Gazette des Communes tous les jours, le Monde, Acteurs Publics. Le but était de me familiariser avec le vocabulaire pour être plus rapide en lecture le jour J.

    Ayant déjà passé le concours, cette année je ne me suis pas entraîné sur table. Il y a deux ans, j’avais fait des épreuves complètes sur trois heures pour voir si j’arrivais à les finir dans les temps. J’avais également essayé plusieurs méthodes pour rassembler mes idées et créer mon plan. J’ai donc choisi le tableau par définition, cadre juridique, causes, conséquences, bilans, partenaires…combiné aux idées clés.

    J’ai travaillé seule sans formation. Je me suis inscrite sur Facebook dans des groupes de travail. J’ai aussi eu le soutien de mes collègues qui ont eu la formation interne du CNFPT.

    L’épreuve des questions s’est bien déroulé. Je suis contente de moi. Même si certains termes m’ont posé problème, j’ai su répondre à toutes les questions et développer.

    La note de synthèse s’est un peu moins bien déroulé. Le sujet m’a plu et me parlait. J’ai pu lire les documents et retirer les idées clés. Toutefois, créer un plan correct n’est pas facile pour moi. Mon parcours scolaire ne m’a pas appris à faire de dissertation, ni de rédaction structurée. C’est donc un travail très difficile pour moi. J’ai cependant réalisé une note de 6 pages dans les temps. Mais je pense avoir été trop succincte.

    ANNICK

    J’ai 46 ans.

    Sur le plan scolaire, j’ai obtenu un baccalauréat comptabilité puis un BTS Informatique de Gestion suivi d’un DU Administrateur en bases de données.

    Professionnellement, j’ai été pendant quatre ans analyste-programmeur dans une société informatique. J’ai ensuite été, pendant neuf ans, fonctionnaire dans une commune de 2 500 habitants sur le grade d’adjoint administratif.  Par la suite, j’ai enchainé pendant sept ans divers travails administratifs.

    J’ai souhaité passer le Concours de Rédacteur Territorial afin de postuler à des postes plus intéressants et passer en catégorie B.

    Préparer le Concours de Rédacteur Territorial doit se faire un an avant en planifiant ses révisions.

    L’idéal serait de se faire des fiches avec une liste des sigles, une liste des lois et des décrets etc

    Il faut également bien comprendre la méthodologie et s’entraîner en faisant beaucoup de notes de synthèse grâce aux annales.

    Je me suis inscrite au CNED. J’ai également travaillé sur des livres comme le Foucher et sur Internet.

    J’ai trouvé le concours difficile à préparer car je suis à la base de formation scientifique. De plus le Concours de Rédacteur Territorial est sans programme réglementaire, les connaissances à acquérir sont donc très vastes.

    Il y a beaucoup de travail à fournir.

    Il faut notamment beaucoup suivre l’actualité en s’abonnant à des newsletters : Localtis, la Gazette des Communes, le Monde etc

    MELANIE

    J’ai 35 ans, un master 1 en projet culturel et travaille depuis presque 9 ans à la Mairie de Behren.

    C’est la troisième ou quatrième fois que je tente un concours pour faire valoir mon bagage universitaire et aujourd’hui, mes fonctions également.

    Faire la préparation CNFPT si l’on est déjà dans la Fonction Publique Territoriale. Suivre les conseils du formateur et prier pour que ce formateur soit Mme Auburtin qui a été d’un précieux soutien ( sans faire de la lèche, elle booste pas mal)

    Faire des exercices, se tenir informer de l’actualité générale et de celle de la Fonction Publique Territoriale.

    Rester concentré sur l’objectif concours, dégager au moins 3h/semaine pour s’y préparer.

    J’ai suivi la prépa au CNFPT de Metz.

    Mitigé. Moins de stress de par  la formation et la méthodologie qui aide franchement à l’organisation.

    Le sujet était intéressant mais pour ma part un peu déstabilisant.

    ELIANE

    Je m’appelle Eliane, j’ai 54 ans et j’ai arrêté mes études après le bac. J’ai travaillé dans le privé pendant 5 ans et depuis le 1er octobre 1991, je travaille à la Mairie de Nice au service maîtrise d’œuvre.

    J’ai été très longtemps proposable au grade de Rédacteur Territorial mais avec la parution du décret portant modification des catégories C, je ne le suis plus. Et je ne le serais que dans très longtemps, voir juste avant de partir à la retraite….

    Je passe donc les concours afin d’avoir le grade qui correspond à ma fonction et d’avoir une reconnaissance de mon travail et bien sur une augmentation de mon salaire.

    J’ai passé deux fois le concours et une fois l’examen professionnel. A chaque fois, j’ai eu l’écrit mais j’échoué à l’oral malheureusement.

    L’an dernier j’ai passé le concours d’attaché j’ai eu 11 à l’écrit alors qu’il fallait 12,25.

    Le seul conseil que je peux donner pour l’écrit est de pratiquer, pratiquer et encore pratiquer ! Cela vous permettra de formater votre esprit à la méthodologie de la note de synthèse.

    La difficulté étant de dégager un plan cohérent et des titres pertinents. Le corps du sujet étant dans le dossier.

    Oui, j’ai suivie la formation de rédacteur et l’an dernier celle d’attaché.

    Je n’ai pas trouvé le Concours de Rédacteur Territorial difficile et je n’ai pas eu de difficulté en terme de gestion de mon stress et d’organisation.

    La seule difficulté que j’ai pu rencontrer a été la gestion du temps lors de l’épreuve. En ce qui me concerne, j’ai fini à l’arrache ma note de synthèse et mon plan n’était pas correcte. J’ai trouvé que les trois heures passaient très, très vite.

    L’exercice n’est pas le reflet de la réalité.

    En effet, concrètement vous ne structurerez jamais un courrier ou une note à votre hiérarchie avec un plan comme on peut le faire lors de l’épreuve de la note de synthèse.

    NADINE

    J’ai 45 ans. Maman de 3 enfants 18, 16, et 9 ans, je travaille dans une Commune de 16 000 habitants depuis 18 ans (état civil / élections).

    Après le bac j’ai fait un DEUG AES, puis un BTS action commerciale.

    Je souhaite passer des concours pour évoluer. C’est la troisième fois que je passe le Concours de Rédacteur Territorial. La première fois, c’était lamentable. La deuxième fois, j’ai été à l’oral et obtenue 10,5 de moyenne générale. La troisième fois, c’était la semaine dernière, le 12 octobre 2017. 😀

    Il faut travailler un peu tous les jours même 30 ou 45 minutes. Et le week-end augmenter son temps de travail à 3 ou 4 heures de temps pour faire des sujets de concours au moins 2 mois avant le jour J.

    Je prépare ce concours en ligne avec carrierepublique.fr.

    Du coup c’est à mon rythme, les soirs en semaine après le boulot, les devoirs et les activités sportives des enfants. Les week-ends je révise encore plus, à savoir 3, 4h de temps à la bibliothèque surtout !
    Révisions, exercices etc. Je fais des sujets de concours puis je lis les corrigés.

    Le sujet du droit civil était plus intéressant cette année ( l’autorité parentale). Il y a 2 ans c’était la gestation !!! Je ne sais même pas comment j’ai pu avoir la moyenne !

    Avant de se rendre au Concours de Rédacteur Territorial, il faut bien maîtriser la méthodologie de la note de synthèse. Il faut s’exercer à composer avec les documents fournis uniquement, rester concentrer, ne pas être impressionné par la foule car concours rime avec foule. (11 000 personnes en externe, interne, 3ème concours).

    Faire des respirations pour gérer le stress surtout à la découverte du sujet, être préparé(e) à rester 3 heures assis, prendre ses dispositions avant de composer pour avoir le temps de finir et de se relire.

    Avoir juste une petite bouteille d’eau pour se désaltérer ( je ne comprends pas comment certains trouvent le temps de manger !).

    Ne jamais se décourager, faire encore mieux la fois prochaine jusqu’à décrocher ce concours et se refixer un autre objectif et ainsi de suite.

    MESSAOUDA

    Je suis une quadra ATSEM mère de 2 adolescents. J’ai passé le Concours de Rédacteur Territorial en interne option sanitaire et sociale.

    Pour ma préparation, je me suis beaucoup aidé de vos modules qui m’ont permis de découvrir pas à pas,  vidéo après vidéo ce que le correcteur attend de moi (NOTE DE L’AUTEUR DU BLOG : en réalité il s’agit des vidéos de Morgan de la chaîne Youtube « Fonctionnaire Territorial » et non des miennes). J’ai aussi fait des notes de synthèse que j’ai trouvé sur divers centres de gestion.

    J’ai effectivement rencontré certaines difficultés. Faire une note de synthèse en moins de 3 heures, extraire les idées essentielles des documents du corpus, les ordonner et les hiérarchiser, trouver des titres pertinents pour mes parties

    En ce qui concerne le temps alloué au concours dans ma préparation ce n’était pas évident. Je m’étais fixé la réalisation d’une note de synthèse par semaine et si possible dans le temps imparti et ce dès le mois d’août de l’année précédent le Concours de Rédacteur Territorial.

    En ce qui me concerne, j’aime mieux m’entrainer sur une note de synthèse avec correction même issue d’une autre option : droit public…. Malheureusement, je n’en ai pas trouvé assez pour m’alimenter jusqu’au concours, j’ai donc fini avec des notes de synthèse sans corrections ce qui est très frustrant.

    En parallèle, je me suis documenté sur Localtis pour connaître les préoccupations des collectivités territoriales car certaines revues spécialisées sont payantes.

    Le jour J, j’étais très stressée. Le matin j’ai pris un petit déjeuner vitaminé et sur le trajet j’ai fait plusieurs exercices de yoga (ça m’aide beaucoup à faire baisser le stress)

    Il faut bien penser à prendre une montre à aiguilles car dans mon CDG, la montre à affichage digital n’est pas autorisée.

    Ayant l’habitude de travailler dans le silence j’ai été incommodée par les surveillants qui discutent tout près. Peut-être penser aux bouchons d’oreille.

    Je pense avoir passé en revue les infos qui me semblent les plus pertinentes.

    SYLVIE

    J’ai 46 ans. De niveau BAC littéraire, j’ai d’abord travaillé dans un commerce en tant qu’employée. Puis après avoir eu mes deux enfants, je suis devenue assistante maternelle. J’ai passé mon CAP petite enfance.

    Mais le travail à la maison est contraignant car il même vie privée et vie professionnelle. J’ai donc cherché du travail mais sans résultat.

    Ayant envie d’apprendre, le projet de passer des concours a mûri.

    J’ai commencé par celui d’agent administratif dans l’éducation nationale. J’ai malheureusement été recalée pour 0.5 points.

    Puis j’ai vu le Concours de Rédacteur Territorial, je me suis donc inscrite.

    Pour préparer le concours, j’ai investi dans des livres puis j’ai consulté régulièrement les actualités.

    Je planifiais des tranches horaires lorsque mes enfants n’étaient pas à la maison

    J’ai trouvé ce concours plus dur que celui de l’Education Nationale.

    Je ne pense pas être retenue. J’avais choisi l’option action sanitaire et sociale des collectivités. Cependant, les fiches que j’avais n’étaient pas à jour et cela m’a porté préjudice… J’ai fait du remplissage par rapport à ce que je connaissais mais je n’ai pas apporté de réponses très précises.

    SARAH

    J’ai 52 ans. J’ai un baccalauréat F8 (spécialité sanitaire et sociale).

    Je suis en poste depuis 17 ans dans un conseil départemental.

    J’ai déjà passé le concours d’adjoint administratif de 1ère classe et je suis actuellement adjoint administratif principal de 2ème classe.

    J’ai suivi une formation à la préparation au Concours de Rédacteur Territorial avec le CNFPT de mon département tout au long de l’année 2017.

    Cette formation a été très bénéfique pour moi. J’ai progressé tout au long de l’année en commençant par 9/20 jusqu’à 13/20.

    Le concours s’est à peu près bien passé mais je suis mitigée car malgré le fait d’avoir fini mon devoir, j’ai eu des difficultés dans la gestion de mon temps. Ce qui fait que je n’ai pas relu mon devoir.

    THIERRY

    Je suis Thierry, j’ai 47 ans. De formation littéraire, j’ai comme diplômes un bac A1 et un DEUG lettres modernes option latin et civilisations gréco-romaines.

    J’occupe actuellement un poste adjoint administratif territorial dans un CCAS de la Drôme.

    Je suis titulaire depuis octobre 2005. Je passe le Concours de Rédacteur Territorial depuis plus de 10 ans maintenant. En 2016, j’ai réussi à passer un premier oral après une formation CNFPT.

    J’ai malheureusement échoué, ce qui explique ma participation cette année.

    Par expérience, je suis plus à l’aise à l’écrit qu’à l’oral.

    Je rencontre des difficultés à me présenter en cinq minutes selon un plan déterminé puis à répondre méthodiquement aux questions posées par le jury de trois personnes.

    J’ai aussi été gêné par le bruit environnant le jour de l’oral. En effet, nous étions dans des sortes de box non insonorisés. C’était difficile de trouver ses idées avec ce bruit.

    Je trouve donc l’exercice très dur. Je ne sais pas si cette année je serai de nouveau admissible… Je suis un peu désemparé face à mon stress qui me joue des tours malgré un travail en amont de réflexion et de recherches selon les ouvrages lus.

    Je trouve que passer le Concours de Rédacteur Territorial tous les deux ans permet de s’améliorer mais la concurrence est rude et le poste recherché incertain.

    LUC

    J’ai 40 ans. Je suis dans la fonction publique depuis 17 ans maintenant et mon unique diplôme est le brevet des collèges (j’ai du travailler tôt pour m’assumer).

    C’est la première fois que je passe le concours.  Je m’étais inscrit il y a 2 ans mais malheureusement je sortais d’hospitalisation et j’étais en arrêt maladie le jour du concours.

    J’ai suivi une préparation au concours, il y a 8 ans.

    Concernant mon métier actuel, je suis acheteur public depuis 10 ans au sein du Conseil Départemental des Yvelines, en tant que catégorie C… 😉 J’ai passé et eu le concours d’adjoint de 1ère classe il y a 3 ans.

    Curieusement, je n’ai pas préparé le Concours de Rédacteur Territorial. En effet, je n’ai pas eu le temps de le préparer sur mon temps personnel.

    Cependant, dans le cadre de mes fonctions je fais des notes assez souvent.

    Je me suis débrouillé avec mes connaissances uniquement, je n’ai pas suivi de formation.

    En lisant le sujet j’ai cru que j’allais rendre une copie blanche!

    Et puis finalement le plan s’est fait tout seul. Je l’ai fini en deux heures et je n’ai pas l’impression de l’avoir complètement raté…

    NOURA

    J’ai 47 ans, je suis adjoint administratif principal de 2ème classe, avec niveau BAC +2.

    Mariée avec 4 enfants, j’ai longtemps mis entre parenthèse ma vie professionnelle.

    Aujourd’hui je désire m’investir à fond.

    J’ai fait la préparation Tremplin B (mars/avril 17) suivie de la préparation rédacteur (mai/septembre).

    J’ai en parallèle suivi une petite formation auprès de Prépa Sud, un organisme privé avec qui j’ai fait 3 notes de synthèse durant juillet et août. Je ne voulais pas rester sans entraînement l’été!

    Cà m’a couté du temps et de l’argent certe mais j’ai bien évolué.

    Pour le concours, je l’ai passé sur Toulon. J’y suis allée sans stress mais déstabilisée à l’arrivée par le nombre de candidats.

    Je ne saurai vous dire mon ressenti.

    J’ai bien géré mon temps. La forme de ma note de synthèse était bonne mais reste plus que le fond à noter…

    FRANCOISE

    J’ai 58 ans. De niveau Bac L, je suis fonctionnaire depuis 2014 après une carrière privée/à mon compte.

    J’ai passé le concours pour essayer de monter en grade. Je le passais pour la première fois.

    Il faut y consacrer des week-end. Pour ma part, j’étais trop fatiguée le soir.

    J’ai suivi une formation de 12 jours avec ma collectivité qui m’a beaucoup apporté sur la méthode mais il faut un gros travail personnel à côté pour mettre en pratique.

    J’ai été très stressée et du coup je suis très déçue de ce que j’ai rendu.

    Dur de se motiver à réviser l’oral quand on sait que l’on a « foiré » l’écrit mais en même temps, il y aura 11 jours entre le résultat de l’écrit et les premiers convoqués à l’oral donc difficile de faire autrement.

    Cet article est désormais terminé, comme d’habitude je vous invite à cliquer sur « J’aime » dans le cas où vous avez trouvé cet article utile. Cela ne vous prendra que quelques secondes et cela m’encouragera à continuer et cela permettra également de faire connaître Rédacteur Territorial. Plus nombreux nous serons et plus  nous aurons la possibilité d’échanger !

    Je vous invite également à rejoindre la page Facebook du site où j’essaie de mettre des actualités en lien avec la Fonction Publique Territoriale et le Concours de Rédacteur Territorial.

    Je vous invite à rejoindre le groupe facebook que vous pouvez rejoindre gratuitement afin d’échanger avec d’autres candidats. Nous sommes plus de 1000 membres à l’heure où j’écris cet article.

    Vous pouvez également vous inscrire à la la newsletter de Rédacteur Territorial en laissant votre prénom et votre mail pour être tenu au courant lors de la publication d’un nouvel article.

    Le formulaire d’inscription se trouve dans les articles :

    A très bientôt sur Rédacteur Territorial !

    Vous avez trouvé cet article utile ? Partagez-le ! Et cliquez sur "J'aime" !